Accessibilité - Page 2

  • Les ateliers de l'assemblée départementale

     

    Paroles d’adhérents.

    Les adhérents qui ont pris part à l’assemblée départementale du 30 mars se sont exprimés dans les ateliers.

    Voici les notes remises par les rapporteurs des ateliers

    ¹  L’inclusion, c’est quoi et pourquoi ?

    Permet de lutter contre l’isolement.

    Au travers de l’expérience des autres permettre d’avoir une vie sociale.

    C’est fondamental pour un être humain d’avoir une vie sociale.

    Ce sont des gens abandonnés

    C’est inclure les personnes dans la société

    Ecouter

    S’engager, s’investir

    Participer à l’APF

    En participant à la vie politique du pays ,les différents changements qui se produisent dans la société

    C’est une question qui concerne tout le monde(valide ou pas)

    On ne voit pas vraiment la différence entre intégration et insertion

    « S’inclure dans la société »

    Pouvoir avoir sa place dans la société

    Essayer de vivre comme les autres mais faut qu’on nous en laisse la possibilité

    Etre inclus, être dedans, participer tous ensemble avec la société :participation sociale.

    Inclusion : s’installer à une terrasse de café :pas possible

                      Aller au cinéma àpas possible

    Sacré boulot à faire même dans nos amis avec une belle bagnole ,on nous accueille avec un FR

    dans la maison on n’en veut pas, on n’en veut plus.

    Avec l’accident tout change.

    Les handicapées ne sont pas dans la rue car ne peuvent sortir.

    Le conseil départemental à Beauvais ça va , on a tout le temps pour se préparer, il faut 2 heures pour être prêt ;parfois aller plus loin à Amiens ou ailleurs c’est décourageant.

    L’inclusion par opposition à l’intégration : l’intégration s’adapte à la société, c’est la

    Société qui s’adapte pour permettre la participation sociale.

    Quand le handicap ne fera plus peur on sera inclus !

    Pourquoi ça fait peur ? Il faut communiquer : manque de sensibilisation , de connaissance

    Pas simplement à l’APF mais aussi au Rotary club.

    Peut être aussi qu’il faut sortir du cadre APF.

    ¹  Connaître ses droits, comment ça se passe ?

    Avoir des renseignements à proximité

    Quel interlocuteur trouver ?

    A quelle porte faut-il frapper ?

    Simplicité des circuits

    Mieux connaitre les formalités administratives

    Trop de démarches et complexité de celles-ci

    On ne connait pas toutes les lois

    C’est là que l’APF peut servir, il faut être aidé

    Qu’il y ait une charte du handicap pour la société afin que les gens respectent  les droits des personnes handicapées

    ¹  La lutte contre l’isolement, pourquoi et comment ?

    Avant  tout on est humain

    Comment aller vers les autres et comment les autres peuvent venir vers vous

    Le regard de l’autre ,la crainte peuvent favoriser l’isolement

    Besoin d’une meilleure écoute et être mieux pris au sérieux

    Relier à la question de l’inclusion

    C’est une mission importante de la délégation

    L’isolement est un fléau pour tous

    Beaucoup de personnes sont seules :

      Manque d’accessibilité

       C’est mieux à deux , peut être logements différents

       Avoir plus de ressources : le travail à une trop grosse place

        « travailler plus pour gagner plus » mais ceux qui ne peuvent pas ?

    Surtout pour les personnes en milieu rural

    Pour que les personnes en situation de handicap participent à la vie en société

    Que les personnes ne tombent pas en dépression , éviter le suicide

     

    Augmenter les transports adaptés en milieu rural

    Augmenter le nombre d’auxiliaires de vie

    Adapter la formation des auxiliaires de vie au handicap

    Rendre les logements accessibles pour que les personnes puissent sortir de chez elles

     

    Créer une ligne téléphonique d’écoute : si déjà existant le développer, former à l’écoute

     

    Sensibiliser les gens des campagnes au handicap, que les personnes fassent plus attention à leurs voisins en difficulté

    Les personnes handicapées doivent être sensibilisées pour oser se montrer, demander de l’aide et se faire des contacts

    Surtout pour les personnes en milieu rural

    Pour que les personnes en situation de handicap participent à la vie en société

    Que les personnes ne tombent pas en dépression , éviter le suicide

     

    Augmenter les transports adaptés en milieu rural

    Augmenter le nombre d’auxiliaires de vie

    Adapter la formation des auxiliaires de vie au handicap

    Rendre les logements accessibles pour que les personnes puissent sortir de chez elles

     

    Créer une ligne téléphonique d’écoute : si déjà existant le développer, former à l’écoute

     

    Sensibiliser les gens des campagnes au handicap, que les personnes fassent plus attention à leurs voisins en difficulté

    Les personnes handicapées doivent être sensibilisées pour oser se montrer, demander de l’aide et se faire des contacts

    Si on a des moyens financiers c’est nous.

    Si on a des sous c’est mieux.

    Ca dépend de tout cela, faire des travaux dans sa maison.

    La PCH : aménagement de la voiture : mais pas la voiture !

    Nous on n’est pas isolé, on se voit, on sort.

    + de 65 ans : plus de droit.

    Comment détecter tous les gens qu’on ne voit pas :

          àProblème d’accessibilité : ne peuvent déjà pas sortir de chez eux

         à Quand la famille est présente c’est plus facile

          àLes femmes restent plus avec les hommes mais pas toutes

    Isolement :, ? accessibilité et ressources pour sortir de l’isolement, pour aller voir dehors.

    Au Rotary avant l’accident donc la personne avait déjà un ?

    La gravité du handicap, les handicaps associés, le degré d’autonomie ça joue beaucoup.

    Il y a ceux qui sont en permanence à l’hôpital.

    ¹  Un espace de réflexion éthique à la délégation, ce que ça peut apporter ? 

    C’est important et permet d’apporter les réponses aux questions que l’on se pose

    -Questionner nos certitudes

    -Combattre nos préjugés

    -Lieu d’échanges qui n’est pas un groupe de parole

    -Partir du vécu pour élaborer des réponses

    -C’est une démarche personnelle et volontaire ouvert à tous

    -C’est un espace de liberté

    -Des personnes arrivent à prendre la parole dans le groupe

    J’y suis allé mais cela ne m’intéresse pas , ils parlent de sujets sensibles ,c’était très difficile pour moi de m’exprimer, je n’avais pas compris l’objet de la réunion ;c’est aussi des questions très intimes, très personnelles, difficile de se livrer ;faire plutôt des petits groupes.

    ¹  Avoir plus d’adhérents, comment et pourquoi ?

    Parler un peu à tout le monde

    Essayer de convaincre par le bouche à oreille

    Utiliser tous les moyens de communication existants pour mieux faire connaitre l’APF

    Vente de fleurs et d’objets

    Les gens en général ne savent pas ce qu’est le handicap : sensibilisation et explication

    àFaire du porte à porte

    àFaire des événements :

         àVélos , pique-nique, ping-pong ,billard…

         àOrganiser des lotos des randonnées.

    Ne pas hésiter à proposer les adhésions lors des forums

    Sensibiliser les personnes handicapées à l’existence de l’APF

    Montrer l’utilité de l’APF ,l’intérêt de l’adhésion à l’APF

    Faire une adhésion moins onéreuse pour les personnes avec des revenus limités

    Faire une campagne pour promouvoir l’enrichissement personnel qu’apporte l’adhésion

    Aller dans les centres de rééducation et de réadaptation pour présenter l’APF

    ¹  Comment avoir plus d’adhérents engagés dans la vie de la délégation ?

    Essayer de faciliter la vie des bénévoles

    La formation est un point important

    La formation peut-être in situ, dans le travail en binôme

    Un plan d’accueil des bénévoles avec des temps d’échanges

    Le parrainage

    Etre clair sur les besoins de l’association

    Les adhérents ne se rendent pas forcément compte des besoins de la délégation

    Il faut créer du lien régulier

    Faire le tri dans les envois par courriel

    Attention aux sollicitations chronophages

    Avoir plus de bénévoles adhérents

    Oser s’engager

    Le témoignage des membres du CD

    Faire ce qu’on peut et aussi «  plus haut »

    Etre aidé et écouté pour faciliter l’engagement

    Problème de transport

    Problème d’aide humaine

    Problème de wc à seront-ils accessibles ? 

    Quoi qu’on organise on a du mal à faire bouger les gens.

    Il faut communiquer, faire des communiqués de presse et les envoyer avec des photos

    Quand l’adhérent adhère on ne lui demande pas de s’engager, il fait son chèque mais ne s’engage pas.

    Adhérer c’est quoi ?  c’est pour répondre a un besoin

    Faire de la pub ,de la com.

    Pour ?? n’adhérent pas ,disent l’APF n’a pas répondu à mon problème.

    Le nombre d’adhérents illustre aux yeux du public

    Combien de divisions ,est-ce-que ça compte ou pas ?

    Dans les structures :

        à Quand on participe au csv dans les structures les personnes ne savent pas qu’il faut adhérer, les usagers sont là pour avoir un service et souvent ils ne connaissent pas l’APF

          àIdem du côté des salariés des usagers

         àDans les IEM les parents ne savent pas

     

    L’image de l’APF à l’extérieur c’est quoi ?  « c’est le tronc »

    L’APF à une réunion à l’APF c’est quoi ?

                        Si on dit l’association des paralysés de France alors ils comprennent mieux.

    ¹  Le conseil départemental, c’est quoi et à quoi ça sert ?

    Apporter une aide dans la vie quotidienne , loisirs santé

    Problème de papier (mais en fait la délégation)

    C’est pour faire remonter au siège

    Ecouter les revendications des adhérents

    Faire bouger les projets

    Faire bouger les adhérents

    Il sert à représenter les usagers , d’essayer d’améliorer les choses.

    Apporter son savoir, ses idées pour moderniser.

    Améliorer le service rendu.

     Entendre les idées de chacun.

    Discuter, fixer des projets qui tiennent à cœur.

    Rassembler les personnes.

    Que tout le monde donne son avis et soit au courant des action et des projets.

    Ca sert à représenter l’Association ,les autres.

    C’est une révolution politique depuis 2003,on prend des décisions

    Attention : il ne faut pas que les valides prennent la place des personnes handicapées.

    Il faut continuer comme cela avec le conseil départemental.

    Il faut que le conseil évolue dans sa forme, là on se freine, la démocratie à donné le pouvoir à chacun ,quand la démocratie s’envole, il faut s’investir et se mettre en route

    Tant que c’est de la consultation ça ne prête pas beaucoup à conséquences.

    Il faut plus de bénévoles actifs ,des gens qui bougent.

    Pour avoir confiance en soi ,il faut de la formation :

    àprendre la parole en public en 2 jours

    àl’accessibilité ça peut se faire en 3 jours.

    La formation ça encourage et ça aide à intervenir.

    Il y a des formations prévues pour les élus soit en région soit en national ;

    Si on prend l’habitude de parler on y arrive de mieux en mieux.

    Si on a quelques outils pour l’accessibilité plus son vécu personnel ça structure et on peut mieux parler et dire comment le sent.

    àQuand le public est bienveillant , il écoute ce que vous dites et prend le temps de vous écouter .

    àPour certains , c’est le manque d’habitude. Un discours devant une salle, il faut le préparer, ça se travaille.

    àLa gestion du stress :ça s’apprend aussi.

    ¹  Les priorités pour les personnes handicapées de l’Oise ?

    La priorité c’est l’accessibilité dans la ville , les locaux ,les transports ,les commerces, mairies poste ,les soins ,les professionnels de la santé.

    Réfection de tous les trottoirs, création de passages protégés accessibles.

    Les caisses adaptées dans les grandes surfaces rarement ouvertes.

    Etre présent dans plus de commissions politiques dans l’Oise.

    Etre vu , donner son opinion sur les sujets importants.

    Avoir plus de présence au niveau politique.

    Sensibilisation des places réservées, que les personnes valides ne les prennent pas.

    Plus de places handicapées.

    Les cartes de stationnement sont données trop facilement.

     Intégration en milieu scolaire pour les enfants.

    Meilleure gestion de la MDPH.

    L’accessibilité pour tous du domicile au lieu de destination

    «Chaine de déplacement »

    Présence de personnes à mobilité réduite dans les commissions communales et intercommunales afin que les mairies prennent conscience des besoins réels

    Laisser passer les personnes , les respecter

    Les soins à domicile (difficulté :par rapport au nombre, plus le côté impersonnel des soignants

    Que les enfants puissent aller à l’école

    L’accès  et le maintien dans l’emploi : respect du cota AGEFIPH

    Manque de places de parking pour les personnes handicapées (ex Creil)

    Plus de logements accessibles aux personnes handicapées (fauteuils déambulateurs)

    Manque d’accessibilité dans les magasins (plans inclinés, mains courantes)

    Plus de contrôle pour les macarons

    Aménagement de places de cinéma , le bowling n’est pas accessible à l’intérieur

    Tous les lycées ne sont pas accessibles (ex Félix Faure) tout comme les gares SNCF

    Les bibliothèques et les médiathèques (A Mouy suppression de la place handicapée devant la bibliothèque)

    Aménagement intérieure des magasins (rayons trop serrés ,cabines d’essayage)

    ¹  Alors, heureux ?

    Oui arrive à vivre seul chez soi.

    J’ai été contente des personnes de l’ERE , bons échanges ,il y aura surement de plus en plus de personnes.

    Oui « j’ai une fille merveilleuse ».

    Non, très bien avec l’AAH mais ne supporte et  n’accepte pas  la solitude.

    Le fait d’être mal considéré quand on touche l’AAH :catégorisé comme «  feignant  »

    Oui heureux de l’APF

    Heureusement que l’APF est là

    Tout seul on ne peut pas être heureux

    Oui car on vit dans de bonnes conditions.

    àComa artificiel , j’ai dit même pas mort car encore en vie !!On a envie de croire, on peut être heureux malgré tout ; ça dépend aussi du handicap.

    àNon j’ai beaucoup perdu à tout point de vue ; ça demande trop d’efforts pour retrouver un peu de désir ; c’est arrivé jeune, si je me bats(moyennement) c’est pour faciliter la vie des autres plus tard.

    Etre heureux c’est un bilan :

     àcassure dans tout ; tout dépend de l’expérience de chacun ;

          Handicap + cassure ,ça fait beaucoup.

    àle fait de m’engager ça me soulage un peu pour aider les autres et se rendre utile.

    Oui depuis quelque temps, avant j’étais en fauteuil roulant ,maintenant  je marche ,le regard a changé

     

  • Analyse du baromètre 2012 de l'accessibilité dans l'Oise

    Les résultats du baromètre 2012 de l'accessibilité dans l'Oise et le résumé de la table ronde du 10 février 2012

    résultats baromètre.pdf 

  • Où en est l'accessibilité dans l'Oise : l'APF et l'APICADEV invitent à en échanger le 10 février

     

     

    L’APF et l’APICADEV ont le plaisir de vous convier à la table-ronde 

    Où en est l’accessibilité dans l’Oise ?

    Le baromètre 2012 : Echanger et communiquer sur les réalisations et les projets.

     

    Le vendredi 10 février 2012

    De 13h30 à 16h.

    Amphithéâtre du Pré Martinet 15 rue du Pré-Martinet à Beauvais

    Cette rencontre sera suivie du pot de l’amitié

     

    13h30 : accueil, expositions, présentation photos

    14h00 : introduction par M. Alain Coudre, représentant départemental de l’APF et M. Hubert Ossart, président de l’APICADEV

    14h15 : Où en est l’accessibilité dans les communes de l’Oise : Présentation du baromètre départemental 2012 et analyse des données recueillies par l’APF et l’APICADEV

    14h30 : Partage des expériences et des projets

     

    L’an dernier, les personnes en situation de handicap et les responsables associatifs avaient témoigné du quotidien et des besoins.  

    Cette année, nous sollicitons les maires, présidents de communautés de communes, élus, responsables des services techniques, conseillers généraux, parlementaires, responsables associatifs, aménageurs, que nous avons invités pour cette table-ronde pour présenter une expérience, une réalisation, un projet, un questionnement à partager avec tous les participants.

     

  • Où en est l’accessibilité dans l’Oise ?

    L’APF et l’APICADEV ont le plaisir de vous convier à la table-ronde

    Où en est l’accessibilité dans l’Oise ?

    le baromètre 2012 : Echanger et communiquer sur les réalisations et les projets.

     

    Le vendredi 10 février 2012

    De 13h30 à 16h.

    Amphithéâtre du Pré Martinet 15 rue du Pré-Martinet à Beauvais

    Cette rencontre sera suivie du pot de l’amitié

     

     

    13h30 : accueil, expositions, présentation photos

    14h00 : introduction par M. Alain Coudre, représentant départemental de l’APF et M. Hubert Ossart, président de l’APICADEV

    14h15 : Où en est l’accessibilité dans les communes de l’Oise : Présentation du baromètre départemental 2012 et analyse des données recueillies par l’APF et l’APICADEV

    14h30 : Partage des expériences et des projets

     

    L’an dernier, les personnes en situation de handicap et les responsables associatifs avaient témoigné du quotidien et des besoins.  

    Cette année, nous sollicitons les maires, présidents de communautés de communes, élus, responsables des services techniques, conseillers généraux, parlementaires, responsables associatifs, aménageurs, que nous avons invités pour cette table-ronde pour présenter une expérience, une réalisation, un projet, un questionnement à partager avec tous les participants.

     

  • Des Bâtons dans les roues : journée nationale d'action

    Dans l’Oise, la délégation départementale de l’APF avait  invité les parlementaires, les élus, les aménageurs et chaque citoyen pour une « balade urbaine » festive, médiatique et pédagogique, : accompagner une personne se déplaçant en fauteuil roulant dans un trajet urbain, mais aussi à expérimenter l’usage d’un fauteuil roulant.

    Plus de 70 personnes ont répondu à  notre invitation, deux élus, quatre associations amies dont les associations d’usagers du vélo, les étudiants d’une formation universitaire avec laquelle nous avons un étroit partenariat et leur professeur.

    Chaque groupe de participants était muni d’un quizz pour recueillir ses impressions.

    Les commentaires et impressions ont été saisis sur le vif et serviront à réaliser des documents de sensibilisation.

    Les « baladeurs » ont pu échanger avec les passants et les commerçants. Mais aussi discuter entre eux sur les enjeux et la réalité de l’accessibilité aujourd’hui.

    Un goûter a clôturé l’après-midi avec des échanges animée sur les temps forts de cette balade. D’être applaudis par la caravane des indignés présents le même jour dans la ville par exemple.

     

    Parmi les impressions des personnes valides qui ont essayé l’usage du fauteuil roulant :

     

    « Ah, les dévers ! Pour se déplacer en fauteuil roulant il faut avoir une sacrée dose de courage et aussi d’humour ! Tellement il y a d’obstacles. »

    « les voitures en stationnement sur les trottoirs, les poubelles et les panneaux publicitaires… »

    « les cafés et restaurants dont les places en terrasse ne laissent que très peu d’espaces pour passer »

Notes récentes